MEDICAL / TRANSPLANTATION

  

Greffe de rein et dermatologie

 

Lors de la dernière Assemblée générale de la FNAIR Loire, le Pr Frédéric Cambazard, chef du service de dermatologie au CHU de Saint-Etienne, a consacré un exposé très didactique aux problèmes dermatologiques auxquels sont confrontées les personnes greffées du rein. Avec un ennemi en ligne de mire : le soleil…

 

La peau, un organe vital

La peau est l’organe le  plus lourd et le plus grand du corps. Elle vous permet de ne pas fondre dans l’eau, de toucher votre voisin et aussi,  à l’eau que vous buvez, de ne pas sortir de votre corps !

Elle est composée de plusieurs couches. Nous allons nous intéresser à l’épiderme, couche superficielle  très importante qui répond aux fonctions les plus vitales et évite que vous vous dissolviez dans la nature…

la couche cornée fait partie des éléments visibles de l’épiderme. Elle représente l’évolution de la peau qui se renouvèle tout le temps à partir de la couche basale.

En principe elle est douce en surface, mais parfois elle devient irrégulière si des malformations apparaissent dans la maturation de la peau, et elle peut dégénérer.

Les mélanocytes sont des cellules importantes : elles protègent des  rayons ultraviolets qui viennent les stimuler, et elles libèrent des grains noirs… le bronzage.  Ces grains sont plus ou moins noirs selon les personnes. Les peaux noires génèrent de gros grains noirs, et les peaux claires de petits points noirs ne protégeant pas très bien. Les roux ou blonds sont  moins protégés du soleil et risquent davantage de développer des cancers de la peau liés au soleil. La raison de cette particularité s’explique par la facilité pour le soleil de pénétrer plus profondément dans la peau et de détruire l’ADN de la peau. L’ADN, ce sont les noyaux qui permettent à la peau de se renouveler. C’est donc le matériel génétique de la peau qui est détruit par l’exposition au soleil, notamment sur les peaux claires, et cela peut aboutir à un cancer cutané.

Le pays où il y a le plus de cancers cutanés est l’Australie. La population, constituée en partie par les descendants de prisonniers européens, anglais en majorité, à la peau claire et donc non adaptée au soleil d’Australie. Les habitants sont très avertis des risques encourus par l’exposition au soleil  et, pour exemple, des pots de crème solaire sont mis  à la disposition des voyageurs au départ des bateaux  

Pourquoi le soleil donne des cancers ? Il détruit les noyaux des cellules et cette destruction  se poursuit de cellules en cellules. Normalement nous bénéficions de défense : nous faisons tous des cancers mais notre système de défense réagit et stoppe la prolifération des cellules malignes.  Pour la peau, c’est à peu près la  même chose sauf que sur la peau, il y a un stimulus supplémentaire très important et très régulier qui agit sur les cellules, c’est le soleil. Plus on est âgé, plus on a pris le soleil longtemps et plus on a de risque de développer des cancers cutanés

Quels sont les « avantages » des cancers cutanés par rapport aux cancers internes ? Ils se voient et se traitent très bien. Souvent, une simple opération suffit. Mais si on ne sait pas que c’est un cancer et si on le laisse évoluer, au bout d’un an, 2 ans, ou plus, il progresse et on peut en mourir.

Les différents types de cancers cutanés

Les tumeurs bénignes de la peau

Les tumeurs bénignes n’entraînent habituellement pas de problèmes majeurs de santé. Les principales tumeurs bénignes de la peau sont les grains de beauté. Le grain de beauté (ou naevus) se développe à partir des mélanocytes. Presque tout le monde a des grains de beauté. Leur nombre, leur taille, leur forme et leur couleur varient selon les personnes. Un grain de beauté normal est soit de couleur brun clair, brun ou brun foncé, soit de couleur chair. Sa teinte est uniforme et les contours sont bien définis. De forme ronde ou ovale, plat ou légèrement bombé, il mesure habituellement moins de 6 millimètres de diamètre.

Certaines personnes présentent un nombre important de grains de beauté, soit en raison d’une exposition excessive au soleil, soit en raison d’un terrain génétique particulier. Ils doivent faire surveiller très régulièrement l’évolution de ces taches afin de s’assurer qu’aucune de ces cellules n’est suspecte. Généralement, les grains de beauté apparaissent progressivement au cours de l’enfance et se développent entre 5 et 15 ans. Ils sont parfois présents dès la naissance ; on dit alors qu’ils sont congénitaux (noevus géant parfois).

Le problème de ces grains de beauté réside dans leur ressemblance avec les tumeurs malignes.

Les tumeurs malignes de la peau

Une tumeur maligne est une masse constituée de cellules cancéreuses. La gravité des tumeurs malignes de la peau réside dans le fait que pour la plupart d’entre elles, les cellules qui les forment peuvent se propager vers d'autres parties du corps pour y former des métastases. Normalement, il existe un contrôle des cellules. Elles se développent, meurent, d’autres se forment, etc… Dans le cas des tumeurs malignes, les cellules se multiplient sans contrôle, deviennent anarchiques, ne ressemblent plus aux cellules de départ et peuvent passer dans d’autres organes, et ensuite tuer la personne. Un système de défense trop faible en est la cause. Chez les personnes transplantées, on régule l’immunosuppression pour éviter le rejet de la greffe, mais aussi pour conserver une défense suffisante pour lutter contre les maladies virales ou tumorales.

Comment identifier un cancer cutané ?

Les cancers cutanés sont les plus fréquents des cancers. Des états précancéreux peuvent précéder le développement des cancers cutanés. Ce sont notamment les kératoses actiniques.


Kératoses actiniques

Elles peuvent se transformer en cancer. Ce sont des taches rosées ou rouges ou brunes avec une surface irrégulière, souvent recouvertes de petites croûtes blanches. Elles sont localisées sur les zones exposées à la lumière. Elles sont souvent plus faciles à repérer au toucher (rugosité) qu’à la vue. Le traitement précoce des kératoses actiniques peut prévenir leur transformation en cancer.


Les carcinomes

Les carcinomes représentent 90% des cancers de la peau. Avec plus de 65 000 nouveaux cas par an en France, ils figurent parmi les cancers les plus fréquents.

Leur incidence est probablement sous-estimée en raison d’une sous-déclaration importante.

Ils surviennent généralement après 50 ans sur des zones découvertes du corps (visage, cou, épaules, avant-bras, dos des mains…).

Carcinome épidermoïde (spinocellulaire)

Il s’agit du cancer le plus fréquent chez les transplantés d’organes. Il peut avoir une apparence proche de celle du carcinome basocellulaire mais il est habituellement plus en relief et plus rapidement croûteux. Il peut ressembler à une verrue irritée.

Il survient le plus souvent sur la tête, le cou, les oreilles, les lèvres, le dos des mains et les bras. La tumeur peut se propager aux ganglions lymphatiques et à d’autres organes (métastases).  Mais l’évolution est lente, et le temps est donc donné au patient pour consulter et faire traiter la lésion.

Traité précocement par chirurgie, le carcinome épidermoïde est facilement guérissable. L’intervention est plus ou moins compliquée ou invasive en fonction de l’importance de la lésion et de son emplacement, près d’un œil ou du nez par exemple.


Carcinomes basocellulaires

Ce type de cancer se présente habituellement comme une surélévation rosée le plus souvent sur la tête ou le cou. Non traité, il évoluera vers l’ulcération, le saignement, la formation de croûtes.

Le carcinome basocellulaire augmente lentement de volume et s’étend rarement à d’autres parties du corps. Ce sont les plus fréquents dans la population générale, en dehors des greffés (70% des cancers cutanés). Ce sont aussi les moins graves, car leur évolution est lente et leur développement reste local (pas de métastases). Cependant, leur danger est lié à leur potentiel invasif local qui peut entraîner des destructions locales importantes.

Ils ont un lien avec des expositions solaires répétées


Mélanome

Le mélanome se présente habituellement comme une tache brune ou noire. Il peut s’agir de la modification d’un grain de beauté ancien.

Toute modification d’une lésion pigmentée (en coloration, en surface, en bordure) doit faire consulter pour éliminer un mélanome. Il ne provoque pas de douleur. Le relief n’est pas un signe de mélanome.

Le mélanome est le plus rare des cancers cutanés, mais le plus grave.

Implications pour les transplantés

L’espérance de vie des transplantés d’organe augmente régulièrement. Cependant, elle s’accompagne d’un risque accru de développer des cancers de la peau par rapport à une population non transplantée. Les cancers cutanés pourraient être évités dans la plupart des cas par l’observation de certaines règles de vie

Pourquoi les greffés d’organe ont-ils un risque accru d’avoir des cancers cutanés ? Les traitements immunosuppresseurs diminuent les capacités de défense de l’organisme de façon à prévenir le rejet de l’organe greffé. Cependant, en supprimant ce système de défense, ces traitements augmentent également le risque de cancers cutanés ainsi que d’autres lésions tumorales bénignes et d’infections.

La majorité des patients transplantés peuvent développer à un moment ou à un autre un cancer cutané. Le temps de latence après la transplantation est en moyenne de 7 ans, mais il peut être très variable suivant les facteurs individuels. Le risque de développer un cancer cutané augmente avec le temps et vingt ans après la greffe, environ la moitié des patients sont concernés. Tous les transplantés d’organes, quel que soit le type de peau peuvent développer un cancer cutané.

Cependant, les patients transplantés qui ont les caractéristiques suivantes sont plus à risque que d’autres :

• peau claire prenant facilement les coups de soleil

• yeux clairs, bleus, gris ou noisette

• cheveux roux ou blonds

• nombreuses taches de rousseur

• travail à l’extérieur ou exposition solaire intense préalable

• antécédents de cancer cutané.

  • Si vous avez vécu en Afrique ou dans un pays très ensoleillé, ou si dans votre enfance vous avez passé vos vacances au soleil.

  • Adeptes du bronzage intensif, coups de soleil


Que faire pour diminuer ces risques ?

Protection solaire

L’exposition solaire est une des principales causes de survenue de cancers cutanés chez les greffés d’organe. L'exposition au soleil ne se limite pas aux bains de soleil pris en maillot de bain dans une chaise longue. Vous devez penser que vous êtes exposés à chaque fois que vous avez une activité de plein air : jardinage, promenade, sports, ou que vous faites un long trajet en voiture, même les vitres fermées.

Certaines conditions d'ensoleillement sont plus agressives : bord de mer, neige, haute montagne (réverbération, altitude).

Les façons “ les plus efficaces ” de se protéger lors des activités extérieures sont :

    - la protection vestimentaire

    - les produits antisolaires

    - éviter les heures les plus ensoleillées  (entre 11 h et 16 h)

    - ne jamais s’exposer dans des cabines de bronzage

 

La protection vestimentaire

Malgré la bonne efficacité des crèmes solaires actuelles, la protection vestimentaire est fondamentale. Si vous devez passer une journée complète à l'extérieur, vous devrez protéger votre visage avec un chapeau à large bord, (la casquette ne protège ni le cou ni les oreilles, et le chapeau de paille laisse passer les rayons du soleil), porter des lunettes de soleil, avoir de préférence une chemise à manches longues et un pantalon ou une jupe longue plutôt qu'un short. Eviter les tissus transparents, préférer une étoffe plus épaisse et opaque.

Pourquoi d’ailleurs ne pas choisir de porter une ombrelle ou un parapluie ?... Le soleil est un ennemi invisible, il est partout !

Les produits antisolaires

Appliquer des produits antisolaires avec un indice de protection élevé contre les rayons ultraviolets (UV) qui protègent à la fois contre les UVA et les UVB (coefficient de protection UVB > à 30). Prendre un indice >50+ en juillet et août.

Ces produits doivent être appliqués sur le visage et les zones non protégées par les vêtements plusieurs fois par jour (environ toutes les deux heures) surtout si vous vous baignez ou si vous transpirez (même les produits résistants à l’eau).

Faire ces applications même si le temps est couvert.

La lumière nécessite autant de prudence, surtout entre mai et septembre.

(le minimum est de faire une application tous les matins, et de renouveler à midi par beau temps.)

L’auto-examen cutané

Examiner votre peau chaque mois pour détecter des lésions précancéreuses ou des cancers débutants peut être une attitude salvatrice. Tout changement de l’aspect de la peau, que ce soit des élévations ou des taches sur la peau, doit être signalé à votre médecin.

Tout bouton/croûte/plaie ne guérissant pas doit être montré à votre médecin.

L’examen cutané par un dermatologue

Votre dermatologue doit examiner régulièrement l’ensemble de votre peau (au moins une fois par an) même si votre auto-examen vous paraît normal.

 

En conclusion

La plupart des cancers de la peau peuvent être évités. Le plus important est l’examen régulier de votre peau et la protection solaire. Tout le monde se met beaucoup trop au soleil. Le soleil a des avantages : la vitamine D, c’est bon pour le moral, mais c’est comme tout, il ne faut pas en abuser.

 

Retranscription par Marité Balaÿ-Milianti